Dr William Lowenstein : le CBD, une des molécules du Cannabis, n’est pas une drogue

J’avais brièvement rencontré le docteur Lowenstein au temps où j’étais photographe. Nous avions échangé quelques mots au sujet des addictions et sa vision claire et ultra-précise m’avait marquée, tout autant que son regard sur l’être humain en proie à l’addiction . Aujourd’hui je découvre cette vidéo très pertinente sur l’usage du CBD et de ses bienfaits. Non, le CBD n’est pas une drogue, oui, mieux vaut la vapoter que d’user du cannabis avec combustion, plus nocive pour l’usager. Encore une fois, la France est peureuse face au changement et aux décisions qui assoupliraient le quotidien de nombreuses personnes. Et inflexibles que nous sommes, nous mélangeons tout au détriment de la simplicité…

 

 

Anne et Eric : Pourquoi pas le Reiki ?

Voici une formidable série de vidéos-fictions sur le Reiki réalisée par deux enseignants de Reiki, Anne Jamelot-Bonnaillie et Eric Fruneau. Humour, simplicité et clarté sont au rendez-vous de ces vidéos très enrichissantes. Merci!

Mon voisin Hans-Walter Müller

L’an dernier je me baladais vers chez moi à la campagne quand je découvre une bulle habitée au milieu de nulle part, sur la butte de l’aérodrome de la Ferté-Alais. Après avoir glissé un mot dans sa boîte aux lettres, une relation amicale s’est tissée. A 84 ans aujourd’hui, Hans-Walter Müller est un des artistes les plus jeunes qu’il m’ait été donné de rencontrer.

 

Maison Cocteau à Milly-la-forêt

C’est la maison qui m’attendait. J’en habite le refuge, loin des sonnettes du Palais-Royal. Elle me donne l’exemple de l’absurde entêtement magnifique des végétaux. J’y retrouve les souvenirs de campagnes anciennes où je rêvais de Paris comme je rêvais plus tard, à Paris, de prendre la fuite. L’eau des douves et le soleil peignent sur les parois de ma chambre leurs faux marbres mobiles. Le printemps jubile partout.

Jean Cocteau, La difficulté d’être, 1947

Fukuyama et l’expérience Zazen

Rien ne vaut pour se ressourcer qu’une bonne séance de méditation. Le temple Shinshô-ji est l’endroit idéal pour le faire.

Ces dernières années, de plus en plus de personnes ont découvert que la pleine conscience pouvait les aider de toutes sortes de façons, pour se concentrer au travail ou à l’école comme pour se remettre d’un traumatisme. Les autorités médicales le reconnaissent comme un traitement efficace contre le stress, la dépression, l’anxiété et même la douleur.
Il n’est donc pas surprenant qu’un nombre croissant de visiteurs au Japon cherchent à découvrir les racines zen de la pleine conscience. Pour répondre à cette demande, certains temples bouddhistes ouvrent leurs portes au public, offrant aux visiteurs un aperçu de leur monde autrefois secret.
Dans la préfecture de Fukui, Eihei-ji, par exemple, où Steve Jobs a trouvé son inspiration, a développé son site et construit un hôtel de luxe à proximité pour attirer les touristes haut de gamme. Le Shunkô-in à Kyôto, où William Shatner (le Capitaine Kirk de Star Trek) une fois revenu sur terre célèbre des cérémonies de mariage gay, propose également la pratique de la méditation. En allant un peu plus loin, le temple Shinshô-ji, au milieu des collines couvertes de forêts à l’extérieur de Fukuyama dans la préfecture de Hiroshima, a changé de nom pour devenir le Musée et le jardin zen de Shinshô-ji. Son objectif était de rendre l’univers du Zen “pleinement accessible au public pour la première fois, à travers les cinq sens.” Lire l’article